Road-trip au Mexique: Izamal

Salut,

Je sais que nous sommes en plein cœur de l’hiver, mais il se trouve que cette année est une grosse année remplie de voyage pour Monsieur et moi même. Et aujourd’hui nous partons en vacances au soleil pour la deuxième fois. Je pense donc que c’est le bon moment pour moi de débuter les chroniques de notre voyage au Mexique, comme je te l’ai promis!

Aujourd’hui je vais te faire découvrir Izamal.

Ville colorée en jaune/ocre, elle est le symbole de la lutte des cultures dans la péninsule du Yucatán. Elle abritait autrefois une ville Maya (des ruines de temples Mayas y sont encore visibles aujourd’hui), et possède un monastère d’une ampleur importante, qui a été visité par le Pape Jean-Paul II en 1993.

Le monastère de Saint-Antoine de Padoue
Le monastère de Saint-Antoine de Padoue

Le monastère de San-Antonio de Padua (Saint-Antoine de Padoue) est un édifice tout en longueur, jaune, construit sur les ruines de l’acropole Maya de la ville (enfin il faut l’imaginer, on ne voit absolument pas les ruines aujourd’hui), qui surplombe toute la ville.

Il ne faut pas oublier que cet édifice chrétien catholique fut construit dans le but de convertir les Mayas à la religion catholique et est, en ce sens, un symbole très fort des campagnes de conversion qui ont touché la région lors de l’arrivée des espagnols. D’ailleurs, d’un point de vue urbanistique, cette ville représente bien cette lutte entre chrétienté et culture Maya: les quelques ruines que nous pouvons toujours voir sont pour la plupart à l’état d’abandon. De plus, je n’y est pas vu de magasin d’artisanat Maya.

Une des ruines d'Izamal laissée à l'abandon
Une des ruines d’Izamal laissée à l’abandon

Nous avons visité la ville avec nos pieds (après avoir garé la voiture). Cependant, des carrioles tirées par des chevaux sont présent sur la place centrale. Nous n’avons pas testé la ballade, l’état des chevaux fait peur à voir (un peu comme à New-York ou Montréal en fait).

Ils ont pensé à leur mettre un chapeau...
Ils ont pensé à leur mettre un chapeau…

Sur les conseils de la madame qui nous a accueillis à Cancùn à notre arrivée au pays, nous avons déjeuné au restaurant Kinich. Pas un seul touriste dans la salle. D’ailleurs nous sommes dimanche, nous sommes entourés de repas/réunion de famille, signe que la bouffe y est bonne. Nous nous sommes régalé!

Le restaurant Kinich
Le restaurant Kinich

Derrière ce restaurant se trouve une des pyramides d’importance de la ville, le temple Kinich Kak Moo, qui rend hommage au dieu soleil K’nich.

Le sommet du temple Kinich Kak Moo
Le sommet du temple Kinich Kak Moo
Vue sur Izamal
Vue sur Izamal

Izamal est une étape intéressante à faire entre Cancùn et Merida, pour s’y restaurer mais aussi pour flâner.

À bientôt!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s